Wolfgang Blau invite les jeunes journalistes à prendre le bon wagon

Invité d'honneur du CFJ, Wolfgang Blau, ancien directeur de la stratégie digitale du Zeit Online et du Guardian, a donné mardi au siège de l'AFP ses pistes de réflexion sur la transformation des médias.

A propos de ce projet
Publié le 13 Octobre 2015
Auteur
Raphaël Bloch
Raphaël Bloch Promotion 69
Making Of

Cet article a été rédigé à l'occasion de la leçon inaugurale du CFJ Paris organisée pour la promotion 70. Cette année, l'école a eu l'honneur de recevoir Wolfgang Blau, ancien responsable de la stratégie digitale du Zeit Online et du Guardian. Photographie : Jean Barrère ; Edition : Adèle Bossard.

La salle de conférence était comble mardi soir au dernier étage de l’AFP à Paris. Les 45 étudiants de la promotion 70 du CFJ Paris ont assisté à la leçon inaugurale de Wolfgang Blau, l’occasion pour le tout nouveau responsable de la stratégie digitale de Vogue et Vanity Fair de les inciter à saisir les opportunités de la « révolution technologique à l'oeuvre » dans les médias. 
 
« Comme toute révolution », celle que vit la profession des journalistes est brutale et nécessite de nombreux ajustements, a expliqué pendant une heure M. Blau, filant la métaphore de la révolution du "rail". L'ancien responsable digital du site du Zeit Online et du Guardian a expliqué que les jeunes journalistes devaient s'approprier les mutations en cours, sans avoir peur des ruptures et des changements. « Au XIXème siècle, les chemins de fer étaient perçus comme coûteux, inutiles et polluants, alors que plus personne aujourd’hui ne s'interroge sur leur utilité » a-t-il justifié.
 
« Le principal obstacle au changement est avant tout culturel » a ajouté M. Blau, citant les résistances persistantes de nombreux médias, notamment en Europe continentale, face aux nouveaux canaux de diffusion, réseaux sociaux et applications en tête. « Les modes de consommation de l’information ont changé avec internet et les smartphones » a expliqué Wolfgang Blau, qui a réussi à augmenter de 400% le trafic internet du site allemand Zeit Online entre 2008 et 2013.
 
« Adapter les contenus aux canaux ». Avec l'apparition d'internet, les canaux de diffusion se sont multlipliés. Les lecteurs ne s'informent plus seulement à partir des sites d'information, a rappelé Wolfgang Blau, mais également grâce aux réseaux sociaux et aux applications. « Il faut repenser les contenus en fonction des parcours des lecteurs » a expliqué le journaliste de 47 ans. « Le fait d'arriver sur un article depuis les réseaux sociaux ou depuis une recherche sur Google Actualités est une indication sur la consommation de l'information ».
 
« L’infotainment ne sauvera pas la presse », qui a besoin de se différencier et d’offrir des contenus inédits à ses lecteurs, a précisé M. Blau. C’est sur le fond et « grâce à des informations de qualité » que les médias se développeront pour atteindre une taille critique. 
 
«  Le payant dépend de ce que l’on vise ». Favorable au principe du paiement sur internet, M. Blau a tenu à distinguer les ambitions éditoriales selon la taille des médias: « Le payant marche très bien pour Mediapart qui fait de l’enquête » a-t-il expliqué, précisant que le New York Times, avec ses 1300 journalistes, pouvait se permettre d’offrir des contenus en accès libre pour augmenter son lectorat. 
 
« Les articles doivent être adaptés aux smartphones » pour tenir compte des nouveaux modes de lecture, dans les transports et sur des écrans réduits. Impossible selon Wolfgang Blau de continuer à produire les mêmes contenus alors que les nouvelles technologies ont profondément bouleversé les habitudes de travail des journalistes et de consommation des lecteurs. 
       
« Les robots sont une menace tant que les journalistes » ne se demandent pas ce qu’ils peuvent apporter à leur médias et à leurs lecteurs a rassuré le journaliste. « Les robots sont aujourd’hui capables d’écrire des articles sur le sport ou la finance », mais ils ne sont pas encore capables de comprendre la réalité et de la restituer.
 
« Ne pas se contenter de son pays d’origine ». Internet a aboli les frontières et les journalistes peuvent toucher un lectorat beaucoup plus important, selon M. Blau, qui cite en exemple les médias anglosaxons, comme le New York Times« L’objectif doit être de s’adresser au plus grand nombre de lecteurs possibles » a-t-il plaidé. 
       
 
Après ces quelques extraits, nos différents supports vous proposeront bientôt des contenus additionnels sur la leçon inaugurale de Wolfgang Blau.

 

Tous les projets